Maus et MetaMaus - Art Spiegelman





En 1991 parait le premier tome du diptyque Maus.
Art Spiegelman y racontait l'histoire de ses parents, juifs polonais ayant survécu aux camps de la mort. Il traitait de leur histoire, et de son histoire, lui qui est né dans les années 1950 en Suède.
Dans cette œuvre magistrale, il racontait aussi l'impossibilité de tenir une place à côté d'un frère disparu et jamais connu, à proximité d'un père "impossible" et d'une mère suicidée à la fin des années 1960.
S'appropriant comme jamais avant lui le médium BD pour raconter cette histoire, son histoire, unique et cependant universelle, Art Spiegelman crée un chef d'œuvre narratif, dont le seul risque est de paraitre indépassable. Maus est la seule bande dessinée à recevoir le prix Pulitzer.
Indépassable pour les lecteurs mais aussi, peut-être, pour lui en tant que créateur, au risque de n'être que le créateur de Maus (ce qui n'est pas rien !) et de voir toute sa production ultérieure mesurée à l'aune de la grand'œuvre.

MetaMaus, c'est à la fois tout cela et tout le reste.
C'est un making-off passionnant où l'auteur montre et explique les difficultés pour résoudre tel ou tel problème narratif, comment composer des planches, comment extirper et (p)rendre acte des paroles de son père à l'aune du savoir collectif.
C'est également un essai passionnant sur la bande dessinée.
Enfin, MetaMaus permet de découvrir un concepteur de bande dessinée, un artiste toujours vivant, non pas écrasé par son œuvre, mais toujours au risque de l'être. On découvrira un homme, profondément humain, honnête, et surtout comme le dit sa femme, absolument jamais prétentieux.

Une fois refermé MétaMaus, je n'ai eu qu'une envie.

Relire Maus.

Relire pareillement ces deux ouvrages à la force et au contenu éprouvant, et différement avec l'aide du regard que Art Spiegelman a bien voulu nous offrir et partager avec nous.

Merci Monsieur Spiegelman.



PS : je garde le souvenir du chaleureux sourire et du bref échange que nous avons eu à la FNAC des Halles, en 1992, lors d'une séance de dédicace.

PPS : on notera que MetaMaus comprend un DVD avec les 2 tomes de Maus en numérique ainsi que des entretiens de Art avec son père, un film tourné par Art etc.


À qui l'offrir ?

- c'est un chef d'œuvre, donc à tout le monde. Cependant le fait que cela soit sous forme de BD ne rend pas la lecture moins éprouvante. À mon avis pas avant l'âge de 15 ans;
- MetaMaus : pour les fans de BD, où si l'on a aimé Maus et vouloir aller plus loin ;
- pour les fans de making-off.


Pour prolonger la lecture :

Si vous avez aimé Maus et MétaMaus, vous aimerez peut-être :



- une autre œuvre de Spiegelman, A l'ombre des tours mortes, où, après treize années d'absence, le dessinateur reprend le crayon pour faire le portrait d'une Amérique traumatisée par les attentats du 11/09 et d'un état des lieux de la BD contemporaine. L'accès est plus ardu, malgré l'ambition.




- Faire de la bande dessinée de Scott Mc Cloud. Où comment un auteur de BD explique comment faire de la BD... en BD. Même si le livre est inégal, des pages sont fascinantes de mises en abimes.
 



- Sur la thématique de la transmission au sujet de la Shoah, Sobibor de Jean Molla.






- Je signale Auschwitz de Pascal Croci, mais je n'aime pas le dessin de Pascal Croci.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sobibor - Jean Molla

Le feuilleton d'Hermès - Murielle Szac

Le roi de la forêt des brumes - Michael Morpurgo