La maldonne des sleepings - Tonino Benacquista


Antoine est couchettiste sur le Paris-Venise, un couchettiste avec un caractère à coucher dehors.

Il faut dire qu'il aurait du l'échanger son Paris-Venise de cette nuit avec son collègue qui voulait lui refiler son Paris-Florence. Mais Antoine en avait marre du Paris-Florence trois fois de suite, alors quitte à se fâcher avec son collègue, c'est non et c'est comme ça. Il va pas m'emmerder à la fin...

Sauf que ce soir là, entre les douaniers suisses, trois pickpockets italiens, une resquilleuse suédoise, un gros bras américain, un grand malade français et des barbouzes à la nationalité mal définie, le Venise de 19h32 d'Antoine va être un peu plus compliqué que prévu.

La maldonne des sleepings est un des trois tomes de la "trilogie des petits boulots" de Tonino Benacquista. Il plante dans le décor de ses racines italiennes (La commedia des ratés), de son job d'accrocheur de tableau (Trois carrés rouges sur fond noir) ou comme ici de son travail de couchettiste, la matière de polars assez réjouissants.

Antoine, double de l'auteur, est un de ces personnages désagréables que l'on n'aime pas croiser dans la vie, mais que l'on aime aimer dans les livres. Un mauvais coucheur, c'est un comble, dont on ne peut qu'apprécier la tendresse bourrue et mordante qu'il exerce sur le monde qui l'entoure.

Les intrigues policières constituent ainsi des trames de fond qui font avancer le récit mais qui ne sont pas vraiment importantes, en fait. Ce qu'il y a de bien, c'est le moment que l'on passe avec Antoine, le bon copain que l'on ne reconnaîtrait peut-être pas dans la vraie vie, mais que l'on est heureux d'avoir fréquenté sur 200 pages.

C'est léger, ça se lit vite, c'est parfait... pour un voyage en train.

à qui l'offrir ?


- à ceux qui n'aiment pas les polars, ils changeront peut-être d'avis ;
- à quelqu'un à qui on offre un livre pour la première fois, sans le connaitre assez pour connaitre ses goûts : c'est suffisamment passe-partout (c'est une qualité dans ma bouche) ;
- à acheter dans un Relay dans une gare avant de prendre le train.

Pour prolonger la lecture :

Si vous avez aimé La maldonne des sleepings, vous aimerez peut-être :

- les deux autres tomes de la trilogie, La commedia des ratés, et Trois carrés rouges sur fond noir. Les trois tomes existent en un omnibus Quatre romans noirs qui inclut également Les morsures de l'aube.


- dans le même esprit, la même atmosphère, les trois premiers romans de Daniel Pennac étaient également des polars : Au bonheur des ogres, La fée carabine et La petite marchande de prose. Là aussi, les intrigues policières laissent un peu indifférent, alors que l'on se réjouit de découvrir la famille Malaussène. Mais je les ai lus il y a vingt ans et je ne sais pas s'ils ont passé l'épreuve du temps.


Pour info, Daniel Pennac et Tonino Benacquista ont cosigné l'histoire du nouveau Lucky Lucke.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sobibor - Jean Molla

Le feuilleton d'Hermès - Murielle Szac

Le roi de la forêt des brumes - Michael Morpurgo