Articles

Le pouvoir des contes - Bernard Chouvier

Image
Quatrième envoi dans le cadre de l'opération Masse Critique. Que Babélio et les éditions Dunod soient ici remerciés !

Et là c'est une bonne pioche.

Les plus fidèles d'entre vous ont pu remarquer un enthousiasme mesuré lors des précédentes lectures Masse Critique (pour ceux qui l'ignoreraient, Masse Critique est une opération où, en échange d'un ouvrage gratuit, je rédige cette chronique dudit ouvrage) : , et .


C'est un drôle d'ouvrage que proposent les éditions Dunod, éditeur connu pour son sérieux. Non que Le pouvoir des contes ne le soit pas, mais plutôt que l'énonciation du propos est surprenante.
En effet l'auteur, psychologue et psychanalyste, laisse de côté le discours impersonnel des essais pour ancrer le texte dans une subjectivité assumée.
L'ouvrage débute ainsi : J'ai connu le plaisir des contes grâce à ma grand-mère, je veux dire la mère de mon père, car l'autre, je ne l'ai pas connue, j'ignore même jusqu'à son n…

La forêt d'Alexandre - Rascal

Image
Troisième envoi dans le cadre de l'opération Masse Critique. Que Babélio et les éditions A pas de loups soient ici remerciés !

La forêt d'Alexandre est l'écho lointain de L'homme qui plantait des arbres de Giono. Alexandre plante un arbre, qui devient, en quelque sorte, son ami. L'arbre grandit, devient un lieu de vie et de refuge pour jouer, lire, se reposer. La vie avance, la vie grandit, l'arbre aussi. Et puis, la vie et l'arbre dépassent Alexandre. Et il reste le vivant témoignage de la volonté et de la foi d'Alexandre. Cette foi de ceux qui croient qu'il y a quelque chose de plus grand dans ce monde, ici et maintenant. Derrière une apparente sobriété, le texte est d'une grande beauté, élégie lente et vivante du monde. Les illustrations, en regard du texte, sont sobres, douces et ouvrent à l'imaginaire. L'ouvrage de Rascal est ainsi autant à destination des plus jeunes que des plus grands. La forêt d'Alexandre est un chef-d'oeuvr…

Defixio - Sylvie Dupin

Image
Deuxième critique dans le cadre de l'opération Masse Critique. Que Babélio et les éditions Malpertuis soient remerciés pour l'envoi de Defixio !

Defixio, c'est l'histoire de Flavien, Paul, Flore et Salim.
Flavien, libraire fantasque, rend visite à Flore, la sœur de son compagnon Paul sur le site archéologique qu'elle dirige. Sur le bord d'un talus, celui-ci s'effondre, entraînant Flavien dans sa chute et révélant une tombe. Flavien a la jambe coincée et cassée dans la dalle et, évanoui, il se réveille la tête à côté d'un crâne et au bord de la noyade.
Récupéré par ses amis et se croyant quitte pour une belle peur, Flavien est cependant victime de brûlures, d'hallucinations visuelles et auditives, puis progressivement de crises de somnambulisme. La nuit... mais aussi le jour. La santé mentale de Flavien, semble vaciller, au grand désespoir de Paul. La solution aux troubles de Flavien ne serait-elle pas encore enfouie dans la crypte que Flore et son équi…

Middlesex - Jeffrey Eugenides

Image
Calliope est née... fille après une séance de divination de genre sur le ventre de sa mère et dans la cécité successive des accoucheurs et médecins de famille. Elle se pense, se sent, se vit "fille" sans plus s'interroger. Sur quoi déjà ? Calliope, Calli, Cal, Middlesex raconte le destin d'un hermaphrodite dans l'Amérique des années 60.

Mais le cœur du roman n'est pas vraiment là.
Il est à Smyrne, en Turquie, gisant dans un secret de famille, scellé au milieu de l'Atlantique, deux générations plus tôt. Middlesex c'est d'abord l'épopée d'une famille d'immigrants en Amérique, leur histoire, ce qui se joue, se noue et se dénoue au fil des générations.
Middlesex en ce sens est beaucoup plus proche de son grand modèle, Cent ans de solitude, livre-monde, livre-monstre, livre-univers indépassable. Jeffrey Eugenides traque et exhibe la folie quotidienne qui hante les familles.
 À la différence de l'œuvre écrasante de Garcia Marquez, l'a…

White spirit - Shoof / Ensemble Al Nabolsy / Derviches Tourneurs de Damas

Image
L'ensemble Al Nabolsy, accompagnés de trois derviches tourneurs de Damas et du graffeur Shoof se sont produits la semaine dernière au Lieu Unique à Nantes.




Spectacle rare de représentants d'une tradition millénaire du soufisme.
Il y est question d'accéder au divin par la transe. La fascinanteperformance des danseurs est portée par les chants de l'ensemble Al Nabolsy. Le taggeur Shoof, pendant ce temps, traduit graphiquement les volutes du chant et de la danse. Elle ne se dévoile que progressivement par l'utilisation de la lumière noire. Le spectacle total étreint progressivement les témoins que nous sommes. Le chant lancinant s'insinue dans les corps ; les trilles visuelleset les spirales sonores emportent l'esprit et l'âme dans une torpeur unique.

S'il est peu probable d'être soi-même, en tant que spectateur, invité dans la transe, le pacte du spectacle permet d'approcher ou, à tout le moins, d'imaginer les états altérés de conscience. L&#…

Je vous souhaite d'être follement aimée - Ounie Lecomte

Image
Je vous souhaite d'être follement aimée est un drôle de film.

Enfin, non, c'est même un film pas drôle, qui ne donne pas envie d'être aimé, alors qu'il ne réclame que cela, simplement par son titre (il suffit d'enlever le "vous").
Il est à l'image de son personnage principal qui ne sait pas aimer, qui ne sait pas comment l'être, parce qu'elle ne se remet pas du manque originel.
Le film refuse toute séduction facile, de ces personnages qui ne sont pas là pour que l'on empathise avec eux. La caméra d'Ounie Lecomte crée une oeuvre coupante, acérée, rocailleuse comme la douleur de ces êtres brisés par la vie et la douleur de l'abandon, le sentiment d'être à côté de sa vie et que, quoi qu'on fasse on ne le fera pas bien, on n'y arrivera pas.
On soulignera l'intense prestation de Anne Benoit, mère inachevée, en devenir, roc de tristesse et de silences murés.
Lorsque Elisa, époustouflante Céline Sallette, reçoit enfin une lettr…

L'agent des ombres (Série) - Michel Robert

Image
L'histoire : Les forces des ténèbres et de la lumière s'affrontent sur tous les plans. Cependant une troisième puissance s'invite dans le jeu, le Chaos, et un homme, Cellendyl de Cortavar. Renégat de la Lumière, laissé pour mort et trahi par ses anciens coréligionnaires il n'appelle que vengeance...



Je lis peu de fantasy et le premier tome m'est tombé entre les mains lors d'une séance de dédicaces à l'Atalante en 2008.
Michel Robert signait entre Christophe Lambert (La brèche) et Manchu (le premier Merjagnan). Bref, j'ai pris ce livre pour de très mauvaises raisons et il dormait sur mes étagères.

Cette série est un petit miracle incompréhensible.
Personnages improbables, intrigue cousue de fil blanc, ça défouraille de tous côtés, amours contrariés et impossibles, amitiés éternelles, vengeances à mort, meurtres et complots se succèdent à un rythme échevelé.
Oui, j'ai dit, "rythme échevelé". C'est pas bien.

C'est cliché comme pas possible.